I’m Your Man, Robeau ressens-tu ?

Lecture 4 min.

Tenter d’expliquer l’amour. Tenter de faire sens de ce qui ponctue nos existences. 

Qu’est-ce qu’aimer ? 

Si dans Le Banquet, Platon tentait de rendre compte du sentiment amoureux en racontant par le biais d’Aristophane le mythe des âmes sœurs. Aujourd’hui, dans l’univers de Maria Schrader, l’être humain semble résigné. Trouver sa moitié relève du rêve et non plus de la quête.

Parcourir le monde à la recherche d’une osmose parfaite devient alors annexe, parce que la perfection peut désormais être atteinte par la construction artificielle du partenaire idéal. A quoi bon chercher l’amour parfait si ce dernier est déjà tout trouvé? 

Parce que oui, dans I’m Your Man, la quête du partenaire idéal passe par la création d’un humanoïde parfaitement compatible. Il s’agit somme toute d’une extension de celui pour qui elle a été construite. Finalement, le film de Maria Schrader pose une question:

Comment définir l’amour moderne?

Par l’histoire d’Alma, chercheuse en quête de financement pour ses projets, le spectateur découvre l’envers d’une histoire d’amour avec Tom, androïde créé, en théorie, pour elle.

La représentation de l’amour et des intelligences artificielles au cinéma n’est pas une première. Pour plus d’information sur ces questions n’hésitez pas à aller lire notre article sur les représentations des IA au cinéma (disponible ici).

Cependant, le traitement de cette question est ici particulièrement original. En effet, Alma participe à une expérience en vue de produire un rapport quant au statut et à l’intégration de ces nouvelles formes d’individus artificiellement constitués dans la société allemande.

Tom, le partenaire idéal d’Alma, derrière son apparence parfaite, n’a qu’une seule raison d’être : rendre Alma heureuse.

Est-il alors capable de ressentir et comprendre l’humain? Tom a-t-il une conscience?

À première vue, tomber amoureux d’un robot semble particulièrement curieux.  Néanmoins, plus le spectateur se familiarise Tom, plusieurs questions lui occupent l’esprit : et si Tom n’était finalement pas qu’une chose? Est-il doté d’une certaine forme de sensibilité? Peut-il par conséquent avoir des droits ou un statut reconnu?

C’est avec beaucoup de talent que diverses questions relatives à nos relations interpersonnelles se posent. Un amour 2.0 et des questions éthiques et philosophiques, voilà ce que l’on peut attendre de I’m Your Man.

Ce film est avant tout la déconstruction du concept de perfection et des codes relationnels

Il témoigne d’un avènement de nouveaux codes pour l’amour moderne. Avec beaucoup d’humour, le romantisme est au fil des scène très largement déconstruit. Alors qu’il semblerait que 93% des gens rêvent d’un bain de bulles sur son lit de pétales de rose accompagné de champagne, est-ce vraiment ainsi que l’on prouve son amour?

C’est avec beaucoup de justesse et d’équilibre que ce film déconstruit les codes de la galanterie et des grands gestes démonstratifs d’affection. En effet, ne sont-ils pas parfois légèrement artificiels?

C’est finalement sans les dénigrer que les élans romantiques sont moqués. Le spectateur réfléchit, la perfection n’existe-t-elle donc pas?

I’m Your Man est un film plein de poésie. On recherche la recette de l’amour depuis des millénaires et I’m Your Man n’a toujours pas trouvé l’ingrédient secret. Malgré une pointe de dérision, un soupçon d’émotion, ce que l’on obtient in fine n’est qu’un film bien concocté avec de beaux reliefs et de belles questions restées encore sans réponse.

I’m Your Man c’est aussi un jeu d’acteur au service d’un message particulièrement touchant

Ce qui demeure particulièrement marquant dans le film de Maria Schrader est le jeu de Dan Stevens (Tom). Rigide mais pas trop, l’acteur nous fait réaliser que l’humain reste et restera inimitable. C’est également la partition de Maren Eggert (Alma) qui vient mettre en valeur le jeu de Stevens. Le contraste est marquant et par leurs interactions plus d’une fois une question nous hante : l’amour est-il programmable?

Les deux acteurs nous emmènent avec brio sur ce terrain glissant, le trouble de Alma se lit sur le visage de Maren et l’ambivalence de la nature de Tom transparaît merveilleusement à travers Dan.

Cette pente glissante ne peut que raisonner avec l’actuel paysage des relations amoureuses nouvelle génération. En effet, marqué par les applications de rencontre,  les “cheesy pickup lines” de Tom s’apparentent à celles qui auraient inauguré une conversation sur Tinder.

Le film est alors un doux mélange entre philosophie et sentiments et le résultat est particulièrement agréable.

Bien que I’m Your Man soit indéniablement un film de qualité, quelques limites sont à souligner. Tout d’abord, les représentations des intelligences artificielles restent encore au cinéma très peu cohérentes avec la réalité de la technologie. Ensuite, l’avènement des Intelligences Artificielles Généralisées demeure encore lointain. Enfin, bien que l’élégance du film reste évidente, les plans au drone sont à proscrire et transportent hors de l’œuvre pour nous enfermer dans une mauvaise publicité. La trame est également prévisible mais le moment passé surpasse ces quelques défauts.

Manon Videau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s