Tick, Tick… Boom ! : Tragédie à Broadway

Lecture 3 min.

Andrew Garfield tient le premier rôle dans cette adaptation cinématographique de la comédie musicale éponyme du regretté Jonathan Larson, réalisée par Lin-Manuel Miranda.

Tick, Tick… Boom ! est une comédie musicale meta et autobiographique qui conte l’histoire et les déboires de son compositeur, auteur, et librettiste, Jonathan Larson, dont la fin de vie est digne des plus grandes tragédies Shakespeariennes…

Passionné par les comédies musicales, notamment West Side Story, depuis sa jeunesse, Larson est un musicien et auteur obsédé, torturé et habité par une seule idée : réussir. À l’approche de ses trente ans, il ne peut s’empêcher de se comparer à ses héros : notamment Stephen Sondheim, qui fut le parolier de Leonard Bernstein et dont l’œuvre fut jouée à Broadway alors qu’il avait seulement vingt-six ans. Larson, lui, travaille toujours dans un petit diner New Yorkais pour pouvoir vivre. Il approche du moment fatidique où sa vie risque de basculer.  D’auteur promis à un futur grandiose qui occupe un emploi de serveur pour vivre, il est en passe de devenir un serveur qui a pour passe-temps l’écriture…

Le film est porté par des chansons terriblement entraînantes dont les paroles sont intimes mais auxquelles il est si facile de s’identifier par leur justesse. Elles s’attaquent à des sujets ordinaires mais originaux pour une comédie musicale : avoir envie de pleurer quand on souffle ses bougies parce que l’on se sent « vieillir », marcher dans le froid glacial de New York pour aller chercher son linge à la laverie, la tentation de se « ranger » derrière un bureau pour avoir une vie confortable. La force du récit est aussi de savoir, au-delà de ces détails de la vie quotidienne, aborder des problématiques plus larges :  l’angoisse face à l’âge qui avance et la jeunesse qui s’éloigne, la rude réalité derrière l’accomplissement artistique, l’impossibilité pour la jeunesse de se conformer et de travailler pour quelque chose en laquelle elle ne croit pas profondément et la difficulté de conjuguer sa passion et ses relations intimes (amour, amitiés) quand d’autres, comme le meilleur ami du héros, Michael, choisissent un chemin professionnel plus sûr et au confort matériel assuré parce que tout le monde n’a pas les mêmes chances dans la vie.

Une œuvre et un auteur qui posent de multiples questions universelles :

« Why do we play with fire?“

« Why does it take an accident before the truth gets through to us”

“Fear or love?”

“Cages or wings which do you prefer?”

Des questions simples, naïves, mais qui restent centrales dans notre existence et qui nous traversent tous à un moment donné.  

Au-delà de la musique qui provient de la comédie musicale d’origine, le film brille également grâce à la dévotion de Lin-Manuel Miranda qui réussit à retranscrire la passion dévorante de Larson et à réaliser un hommage sincère et vibrant. Le fil du rouge du film qui est l’imminence du trentième anniversaire de Larson (rappelé par le tick, tick… du titre qui résonne tout le long du film) permet d’inscrire le long-métrage dans une thématique universelle et de maintenir un rythme soutenu sans baisse de régime. Le film ne comporte pas de scènes de danse complètes, à l’exception de celle où Michael, qui s’est « vendu » à la société corporate, fait visiter son nouvel appartement chic à Jonathan. Cependant, c’est de cette manière que la comédie musicale était conçue.

 « Write about what you know » lui conseille son agent de l’époque Rosa Stevens.

Enfin la performance énergique et vivante d’Andrew Garfield permet au personnage central d’être attachant sans ressembler à l’archétype du génie obsessionnel que le cinéma adore dépeindre. Sa qualité de chant, sans être parfaite, lui permet d’accompagner la chanteuse confirmée, Vanessa Hudgens sans avoir à rougir de sa performance. Une prestation complète dans tous les registres émotionnels, probablement à surveiller aux prochains Oscars. Robin de Jesus apporte également une présence charismatique dans un second rôle qu’il est important de relever.

Quel dommage cependant d’avoir à regarder ce film sur petit écran, puisque son spectacle aurait amplement bénéficié de l’immersion offerte par les salles obscures. Il demeure que Tick, Tick…Boom ! est une comédie musicale fraîche, originale qui mérite votre attention en ce début d’année ne serait-ce que pour découvrir les chansons de Jonathan Larson qui n’a malheureusement jamais entendu les applaudissements qu’ont suscité ses œuvres puisqu’il est mort le matin même de la première représentation de sa pièce iconique Rent, Off-Broadway.

Alexandre Hamzawi

Actuellement disponible sur Netflix. Découvrez la bande-annonce ci-dessous :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s