Titane : ticket d’or de la France pour la victoire aux Oscars ?

Lecture 5 min.

Le 12 octobre dernier, la commission du Centre national du cinéma et de l’image à retenu Titane pour porter les couleurs de la France lors de la quatre-vingt-quatorzième édition des Oscars, qui aura lieu le 1er mai 2022. Une première présélection par l’Académie aura lieu le 21 décembre, l’occasion de se pencher sur le choix du long-métrage de Ducournau par le CNC.

Tout juste décoré de la Palme d’or, le nouveau film de Julia Ducournau a non seulement battu en nombre d’entrées le tantôt adulé, tantôt critiqué, Bac Nord de Cédric Jimenez, l’un des plus grands succès français de l’année, se plaçant ainsi juste derrière Kaamelott, mais a également dépassé L’Évènement, Lion d’or de la dernière édition de la Mostra de Venise. 

Tandis que certains ont bondi de joie devant l’annonce de la sélection du long-métrage de Ducourneau, d’autres se sont montrés beaucoup plus sceptiques, pour ne pas dire déçus. Chaque année, le Centre national du cinéma choisit le film qui va représenter la France à la cérémonie des Oscars mais, depuis dix ans, seulement deux films français ont été sélectionnés parmi les cinq finalistes concourant à l’Oscar du meilleur film étranger. Ce n’est pas tout : le dernier Oscar du meilleur film étranger emporté par la France remonte à 1993, pour le film Indochine de Régis Wargnier (notons qu’un film comme Amour de Michael Haneke ne représentait pas la France, mais l’Autriche, en 2013). 

Est-ce alors une bonne idée d’envoyer un film aussi peu académique, surprenant, étrange, fou et malaisant que Titane ? La France peut-elle s’assurer une nomination voire une victoire avec ce film si particulier ? 

La nomination est quasiment acquise, mais la victoire sera difficile, doux euphémisme.

Les deux films français sélectionnés par l’Académie ces dix dernières années sont Mustang (2015) et Les Misérables (2020). Les défenseurs de Titane peuvent se rassurer, le film sera sûrement retenu. En effet, si l’Académie n’a pas retenu des films comme Intouchables (candidat en 2013), ou Yves Saint-Laurent avec Pierre Niney (candidat en 2015) c’est parce qu’il y a une volonté de rechercher des films étrangers marquants, tant par leur originalité que par leur style. 

Titane s’inscrit dans cette lignée. L’histoire du film et la manière de la raconter ont séduit le public et les critiques américains parce que, contrairement aux autres films français des dernières années, Titane est un film qui fait parler, dont on se souvient, et qui se démarque. On pourrait penser que si la France avait choisi Bac Nord, les Américains auraient eu du mal à différencier le long-métrage de Cédric Jimenez des Misérables de Ladj Ly. Les histoires sont non seulement similaires (la police contre la banlieue) mais surtout le film de 2018 surpasse son homologue de 2021. 

Titane est sûrement le film parmi les trois présélectionnés qui a le plus de chances de se retrouver à la cérémonie au Dolby Theater. Titane est un nouveau produit, beau et étrange que l’Académie va sûrement dévorer comme un bonbon. Reste à connaître le goût des friandises concurrentes.

Si Titane a remporté une première bataille face à Bac Nord ou L’Événement, le film de Ducournau est loin d’avoir gagné la guerre. Les amoureux du cinéma le savent, nombreuses sont les pépites cette année qui mettent sérieusement à mal les chances pour le candidat français de l’emporter. 

C’est le cas de la Norvège qui, avec le tant apprécié et récompensé Julie (en 12 chapitres), est presque certaine de répartir avec la statuette.  Il faut également évoquer l’Italie avec son film E stata la mano di Dio du grand Paolo Sorrentino qui, non seulement a été primé à Venise cette année avec son film, mais dont le réalisateur a déjà connu une victoire aux Oscars, avec La grande bellezza en 2013. Le troisième candidat certain d’être en lice est l’Iranien Asghar Farhadi. Ses deux derniers films, en plus d’avoir été nommés aux Oscars, ont aussi été gagnants. 

Titane devra se battre pour assurer sa qualification. La tâche est sans doute rendue plus facile par l’erreur de l’Espagne qui, préférant l’originalité à l’efficacité, a décidé de ne pas envoyer le nouveau film d’Almodovar (quasiment nommé à chaque édition), mais un autre long-métrage, inconnu au bataillon. 

Titane devra en réalité probablement se battre pour la quatrième ou la cinquième place face au Drive My Car du Japon, au Memoria de Colombie, au Flee du Danemark, ou encore au Compartiment no. 6 de Finlande. S’il est retenu pour la cérémonie, le film de Julia Ducournau devra faire face aux candidats norvégien, italien ou iranien, clairement favoris.

Madres Paralelas ou le grand sacrifié des Oscars.

Il ne faut pas oublier enfin que les Oscars ont une fâcheuse tendance à ne pas récompenser les films d’horreur. Certes, a été avancé l’idée que Titane, par son originalité, avait plus de chance que ses concurrents français d’être nommé. Il faut cependant affronter une cruelle réalité : aucun film d’horreur n’a remporté l’Oscar du meilleur film étranger ces dernières années. 

Souvent, les films d’horreur se contentent de repartir avec une nomination pour le son ou la musique, et malgré l’espoir qu’avait suscité le succès de Get Out il y a quelques années, des films comme Hérédité, Midsommar ou The Lighthouse sont repartis bredouilles, ou n’ont même pas été nommés. Très difficile donc pour un film d’horreur de faire face à « des films d’auteur », même si les auteurs d’horreurs sont parmi les meilleurs.

Françaises, Français, ne vous en faites pas : Titane fera sûrement partie de la compétition. Palme d’or à Cannes et sélectionné au festival de Toronto, la hype derrière le long-métrage est indéniable et Julia Ducournau propose un candidat excitant et original pour la prochaine Cérémonie. 

Pour autant, que ce soit par le poids de ses concurrents ou à cause des goûts parfois surannés des votants de l’Académie, la victoire semble difficile. À noter tout de même que, depuis le prix remporté en 1993, c’est l’une des rares fois où le CNC a décidé d’envoyer un film “osé” en compétition. Titane a ses chances, la France a une chance. Reste à savoir si nous sommes de futurs gagnants ou des losers magnifiques.

Max Mességué

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s