Arcane : meilleure série de tous les temps ?

Lecture 3 min.

La première saison de la série d’animation américaine produite par Riot games et animée par le studio français Fortiche production vient de s’achever après neuf épisodes, sous les exclamations dithyrambiques de la critique. Mais Arcane mérite-t-elle vraiment ce succès international ? 

La série prend place dans l’univers du jeu vidéo League of Legends (LOL pour les initiés), sorti initialement en 2009, et retrace l’histoire de deux de ses champions, Vi et sa sœur Jinx (anciennement appelée Powder) dans un univers où la Haute ville (Piltover) et la Basse ville (Zaun) s’opposent autant qu’elles se confondent.

Le premier épisode débute pendant l’enfance des deux protagonistes orphelines à Zaun. Celles-ci voient leur vie bouleversée par le vol d’une mystérieuse molécule, alarmant immédiatement la riche ville de Piltover qui exige des représailles. Les deux sœurs finissent séparées. Jinx est alors recueillie par Silco, qui endosse le rôle du « méchant » à la tête de la commercialisation du shimmer, une toxine qui décuple la force physique des êtres vivants. Parallèlement, Jayce et Viktor, deux scientifiques poursuivent leurs recherches et stabilisent la molécule permettant de grandes avancées technologiques pour Piltover : le hextech. Les deux villes se retrouvent en conflit lorsque, des années plus tard, Jinx dérobe à nouveau la molécule permettant de stabiliser la technologie de l’hextech en provoquant un attentat. Cela conduit Caitlyn, une jeune pacificatrice chargée du maintien de la paix, à s’unir avec Vi afin de résoudre les mystères renfermés par Zaun et ses habitants.  

Basé sur un socle assez peu original – dissensions fraternelles, mystérieuse magie et conflits entre classes supérieure et inférieure – Arcane remporte le défi de réunir fans du jeu dont il est issu et non-initiés. Peut-être en grande partie grâce à l’animation absolument époustouflante réalisée par le studio français Fortiche production qui renforce la puissance de chaque combat et donne presque envie d’apprendre à faire du parkour avec Vi. Peut-être aussi grâce à la bande-son, atteignant son paroxysme avec la participation du chanteur français Woodkid, qui rythme un des combats phares de la série.  Peut-être encore pour le miroir que nous renvoie Arcane sur notre propre société où les progrès technologiques sont réservés aux classes aisées tandis que les plus pauvres sont ignorés par le gouvernement qui courbe l’échine. La corruption unit ainsi les deux villes qui respirent au rythme d’alliances et de conflits politiques. 

Sans oublier les personnages hétéroclites qui évoluent à travers les épisodes et illustrent parfaitement l’expression « rien n’est noir, rien n’est blanc ». Pas de méchants, pas de gentils, à l’image du monde réel.  Même Silco, censé représenter la figure même du grand méchant, témoigne d’une certaine sensibilité dans sa relation avec son ennemi, Vander, ainsi que sa protégée, Jinx.  À l’inverse, les personnages les plus purs se retrouvent manipulés, indécis, et finissent par prendre les mauvaises décisions. 

Arcane forge aussi des héroïnes puissantes, indépendantes, voire effrayantes parfois, et leur physique est non stéréotypé comme peut l’être souvent celui des personnages féminins dans les animes classiques. Ce sont les femmes qui portent l’histoire en se dressant contre les injustices et en restant fidèles à leurs convictions. La relation entre Vi et Jinx est d’autant plus importante qu’elle cimente la série. Sans tomber dans l’éternel scénario conflictuel entre frères ou sœurs, leur histoire émeut autant qu’elle fascine. Hantée par les fantômes de son enfance, Jinx se met à perdre progressivement la tête et remet en question sa confiance envers Silco mais aussi envers sa sœur. Sa folie masque sa douleur et ses traumatismes passés, ce qui la rend encore plus complexe et puissante. On ne peut s’empêcher de l’aimer. 

Arcane grandit, innove, se réinvente, prend de nouveaux chemins et échappe ainsi au sentiment de déjà-vu en surprenant toujours plus. Chaque épisode laisse le spectateur en haleine, prêt à appuyer sur le bouton continuer pour savoir où le fil de l’histoire va le mener.

La backstory des personnages et l’univers dans lequel ils vivent sont aussi intéressants à découvrir pour les habitués de LOL. La plupart des noms présents dans le jeu se retrouvent alors dans la série, pour le plus grand plaisir des joueurs. Les personnalités ainsi que les skills de chacun restent très fidèles à l’univers, comme l’utilisation des armes ou des techniques de combat. De nombreux clins d’œil parcourent les épisodes et donnent presque parfois l’impression d’être dans le jeu.  Le seul bémol pour les fans consiste à pouvoir prévoir la mort des personnages. En effet, la série suit avec une telle abnégation le jeu qu’elle en oublie parfois que, connaître le jeu, c’est prévoir les personnages qui resteront en vie ou non. Ce léger détail est vite supplanté par la qualité de la série qui transporte son public dans un univers cruel, effrayant mais tout aussi magnifique et fascinant. 

Arcane a connu un succès fulgurant dès sa sortie. Elle reste certes une série d’animation basée sur un jeu vidéo mais son public est bien plus large que seulement les fans initiaux. Il suffit d’apprécier la beauté graphique et la complexité du scénario pour considérer Arcane comme l’une des meilleures séries d’animation. 

Ninon Amant

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s