Aline : faux biopic, vrai succès 

Lecture 3 min.

A l’annonce du projet, le pire était à craindre. En 2018, Valérie Lemercier, l’une des actrices les plus drôles du cheptel français, et accessoirement fan absolue de Céline Dion, se lançait dans un biopic sur ladite star canadienne. Trois ans et une pandémie plus tard, voici que débarque sur nos écrans Aline, un « film de fiction », comme le dit le carton d’introduction, sur la vie de la chanteuse Aline Dieu, alter ego non dissimulé de la star québécoise. Dans cette fiction très largement inspirée de la vie de Céline Dion, Valérie Lemercier incarne son idole avec brio, pour livrer un film baroque, populaire, drôle et touchant. 

La vie de Céline Dion méritait bien un film. Petite dernière d’une famille de quatorze enfants, la chanteuse québécoise connaît le succès très jeune suite à sa rencontre avec son agent et futur mari René Angélil. Cette histoire d’amour, capitale dans la vie et la carrière de Céline Dion, constitue le fil rouge de l’hagiographie proposée par Lemercier. Après cette rencontre, tout s’est enchaîné très vite pour la jeune femme, qui remporte l’Eurovision, devient l’une des plus grandes stars mondiales, enchaîne les concerts et les résidences à guichet fermé au paradis du bling bling, Las Vegas. Une ascension fulgurante, un succès inchangé depuis près de quarante ans et quelques deux cent quarante millions d’albums vendus qui ont visiblement inspiré Valérie Lemercier. 

Le risque était grand pour la réalisatrice et actrice française. La chanteuse jouissant d’une popularité sans faille en France, adapter sa vie était un défi de taille pour Valérie Lemercier. Finalement, l’actrice s’en sort haut la main dans ce faux biopic qui ne se cache jamais derrière un second degré inutile. Là où un(e) aurait pu tomber très facilement dans l’humour potache et la moquerie facile, Lemercier livre une déclaration d’amour sincère, fantasque et très émouvante à son idole de toujours. Un hommage permanent très drôle, mais qui ne l’est jamais aux dépens de la star québécoise et ne s’égare pas dans la parodie. Oscillant entre farce et mélo, le film est un bel exercice d’équilibriste, réussi du début à la fin.

La réalisatrice assume pleinement le parti pris populaire de son film pour livrer une réflexion en miroir inattendue sur le cinéma et surtout son cinéma. Derrière Céline la chanteuse populaire, il y a Valérie Lemercier, l’actrice populaire. Derrière ce film extravagant et artificiel destiné au plus grand nombre, il y a un bel exercice de style sur une forme de divertissement aujourd’hui jugée désuète, dont Céline Dion a longtemps été l’un des fers de lance. C’est encore dans ces moments-là que le film se veut le plus émouvant, lorsqu’il sonde les failles d’une artiste qui aime sincèrement son public. A ce titre, la scène de fin et la reprise par Aline du magnifique morceau « Ordinaire » de Robert Charlebois, qui ouvrait déjà le film, font brillamment écho à toute cette réflexion et clôturent habilement le film de Valérie Lemercier. 

Côté réalisation, Valérie Lemercier s’en sort remarquablement bien, en livrant un film soigné et plus travaillé qu’à l’accoutumée, pour rendre hommage comme il se doit à l’univers reconnaissable entre mille de l’artiste québécoise, mais aussi pour explorer les différentes phases de sa vie. On saluera en outre les performances épatantes de l’ensemble du casting, Valérie Lemercier en tête bien sûr, mais aussi Sylvain Marcel et Danielle Fichaud, deux acteurs québécois qui excellent dans Aline. Enfin, que serait le film sans son incroyable bande son portée par les plus grands titres de Céline Dion ? Une utilisation très intelligente du répertoire extrêmement fourni de la chanteuse, pour éclairer en musique chaque instant de sa vie, ses doutes, ses peurs, ses passions, et montrer qu’à travers son art, Céline Dion est finalement comme tout le monde. 

En bref, avec Aline, Valérie Lemercier réussit un véritable tour de force, en alliant déclaration d’amour à son idole de toujours, réflexion captivante sur la dimension populaire de l’art, portrait de femme intime et touchant, et mélodrame pur jus. Un savant mélange des styles qui convainc au-delà des espérances. 

En salles actuellement.

Mathias Chouvier

Découvrez la bande-annonce ci-dessous :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s